DECORS

& DES AMES

MAI, 2015

Mercredi 13 à 15h30

au Théâtre Terzieff, ENSATT

L’écoute entre les acteurs au plateau est le pilier de notre travail. Ne pas s’isoler et s’attacher au regard de l’autre.

Les soignants et soignés de l'unité Jules Verne présentent le fruit d'un travail de trois ans sur le plateau Terzieff de l'ENSATT devant les étudiants de différents départements et des invités liés au dispositif dans une mise en scène de Mathieu Lebot Morin.

"Conscients de la mise à nu qu'implique cette aventure, nous souhaitons néanmoins ôter la blouse blanche et le symbole de protection qu'elle représente."

L'équipe soignante de Jules Verne.

Histoire d'un chemin

“Décors et des âmes” est une pièce de situations née de l’initiative de l’unité Jules Verne (CH Le Vinatier) grâce au soutien de la ferme du Vinatier. Son objectif a été de créer un espace où, soignants et soignés, se rencontrent dans un voyage théâtral, échangent leur rôle et partagent une histoire commune.

 

Après un an de préparation, le projet a débuté en septembre 2013. Nous avons fonctionné en groupe ouvert. Tout le monde pouvait participer. Nous avions des rendez-vous réguliers hebdomadaires où les participants ont exploré et découvert la pratique du théâtre. Nous avons consacré un temps à la voix, à l’élan postural, au langage du corps sur le plateau, et, nous avons testé des premières mises en situations et l’improvisation dirigée. Ce temps nous a permis de fidéliser certains participants et d’instaurer une relation de confiance.

 

En février 2014, nous avons fermé le groupe pour rentrer dans un nouveau processus celui de la création. Dès lors, nous avons entamé un atelier d’écriture en partant d’outils simples. Définir un objet, le dessiner, lui trouver des fonctions différentes, le mettre dans une situation, introduire un personnage ou des personnages, construire une situation... Cette écriture par palier nous a permis de façon fluide de structurer rapidement plusieurs séquences pour explorer la scène.

 

Ces instants ont dégagé un vocabulaire commun de travail avec le groupe soignants et soignés. Ils ont souligné des fondamentaux du jeu de l’acteur, outils nécessaire dans notre construction finale. A la différence d’un projet réalisé avec des professionnels artistiques, cet atelier a mis en évidence que les chemins habituels empruntés pour construire étaient ici impossibles.

 

Comment, sans qu’un texte soit écris ou appris, raconter aux spectateurs une histoire ? Quelle forme scénique pouvons nous alors proposer si les mots ne peuvent s’inscrire durablement dans la continuité permettant un dialogue structuré ? Et, comment travailler avec les comédiens quand l’aléatoire et l’imprévisible sont eux même quotidien au plateau lors des séances ?

 

L’enjeu est la rencontre au plateau des soignants et soignés permettant ainsi une redécouverte de l’autre. Le souhait des initiateurs du projet est la réintroduction du quotidien dans l’unité. Ces deux objectifs ont défini le noyau de notre création. Nous avons avant l’été 2014 exploré les possibilités scéniques en partant de situations concrètes de vie de l’unité.

 

En octobre 2014, notre projet a repris pour entamer sa phase finale : la création d’une forme théâtrale “hors les murs” de l’unité. Après une dizaine de séances nous avons voulu confronter ce premier travail au public. Une répétition publique fut donnée le mercredi 7 janvier 2015 au CH Le Vinatier.

Cette séance ouverte marque le tournant de notre projet. Des séquences se forment, des liens sont crées dans la narration des scènes. Parallèlement, une création sonore est effectuée avec Pierre Alain Vernette pour donner vie et sens à certaines situations. La création lumière est également envisagée pour donner un rythme aux scènes, colorer un espace abstrait pour le rendre concret, ou encore créer un espace à part entière, graphique : des chemins et des couloirs à emprunter.

 

Ce travail arrive à son terme le mercredi 13 mai 2015 à 15h30 au théâtre Terzieff à l’ENSATT. Thierry Pariente, son directeur, nous accueille et permet ainsi à l’équipe de bénéficier de conditions professionnelles de spectacle (lieu, matériels techniques et humains). Ainsi, pendant 5 jours notre équipe occupera le théâtre pour préparer la représentation.

 

Ce chemin que nous avons emprunté je l’envisage comme un processus personnel amorcé par chacun. Cette représentation témoigne pour moi de la distance que chaque acteur a parcouru. Je n’accorde pas d’importance en soi à la forme finale que prendra notre spectacle. En revanche, c’est le fond du projet qui axe chaque proposition faite au groupe. Etre vigilant à garder la spontanéité de chaque acteur... Tout faire pour continuer à avancer dans des challenges spécifiques et individuels... et quoi qu’il arrive, garder le plaisir de jouer, le plaisir de passer ce moment ensemble... de cheminer un temps dans une aventure collective qui forgera de nouvelles relations entre les protagonistes... Il peut y avoir des craintes ou des angoisses mais finalement, nous le savons, une fois la représentation passée, quel plaisir de pouvoir se dire «Nous l’avons fait». Des corps et des âmes se regardent au plateau et nous apportent , dans le rapport soignant / soigné de nouvelles pistes possibles, un nouveau regard. 

Un nouveau regard

La dimension artistique, dans la prise en charge de personnes atteintes de troubles psychiques graves, offre un espace complémentaire aux environnements thérapeutiques crées par l’institution hospitalière. Cet espace, proposé aux personnes soignées, fait partie des soins du milieu. Les fonctions (contenante, renarcissisante et élaborative) prennent corps dans l’exercice créatif par l’expérimentation de la vie psychoaffective.

 

Le spectacle vivant demande une mobilisation du corps physique qui prend activement part à son environnement et engage sa responsabilité vis à vis de son entourage, s’opposant de ce fait à la passivité et au retrait, conséquences fréquentes de certaines pathologies psychiatriques. Il canalise l’agitation idéomotrice dans l’exécution d’une direction artistique. S’inscrire dans un processus créatif du spectacle vivant favorise un travail de transformation psychique car il est fait de concret , de symbolique et de dialogie entre la permanence et la temporalité. Cet élan créatif réactive l'évolution psychoaffective figée par des systèmes défensifs et permet d’élaborer des stratégies s’appuyant en premier lieu sur une réalité partagée pour en favoriser les opportunités relationnelles ouvrant ainsi l’accès à des voies plus métaphoriques, soit psychothérapeutiques.

 

Reconnaitre l'individu dans ses besoins fondamentaux me permet d’aborder la culture dans sa nécessité active de composante de la réinsertion. La réhabilitation psychosociale est un enjeu actuel de la politique de santé. La psychiatrie contemporaine se dote d’outils innovants , elle s’ouvre à des voies de dimension sociale et culturelle qui prennent sens dans les préceptes du courant analytique. Le spectacle vivant incarne concrètement comme d’autres médiations institutionnelles (groupes de psycho-éducation, de métacognition, ... groupes favorisant l’autonomie du quotidien) la philosophie de la réhabilitation psychosociale en mettant l’accent sur le mouvement d'émancipation.

 

Le prisme de l’action culturelle offre le réveil des sens et du sens par des chemins initiatiques. L’éprouver dans cet environnement expérientiel par la curiosité, la rencontre, la découverte, le désir, permet de nous inscrire dans un élan d’une pulsion de vie constructive et structurante.

 

La culture, l’art, le spectacle vivant proposent les traits d’unions entre, le dehors et le dedans, l'hôpital et la Cité, l'institution et autre chose... ils permettent de nous emparer du quotidien afin de le transformer en un espace où le spectateur de sa maladie devient l’acteur de sa vie.

Eric Rayann Poncet

Coordinateur de projets culturels en milieu hospitalier

Practicien en soins paramédicaux spécialisés en psychiatrie

Conseiller artistique, Compagnie Mathieu Lebot Morin

Distribution

Mise en scène  Mathieu Lebot Morin

Création sonore  Pierre Alain Vernette

Création lumière & régie plateau  Techniciens de l'ENSATT

Coordination  Eric Rayann Poncet

avec les soignés et soignants de l'unité Jules Verne

Un projet de l’unité Jules Verne dans le cadre d’éclats d’Art - Réseau des projets artistiques des unités de soin du CH Le Vinatier.

Avec le soutien du CH Le Vinatier, du ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Rhônes Alpes, de l’Agence Régionale de Santé Rhônes-Alpes et de la région Rhônes-Alpes, dans le cadre du programme régional Culture et Santé.

Save the date 

MAI, 2015

Mercredi 13 à 15h30

au Théâtre Terzieff, ENSATT

Return Summary