IL A

TOUT DIT

JANVIER, 2017

Vendredi 27 à 18h00

au Théâtre Nouvelle Génération, Lyon Vaise

La maladie psychique, les hospitalisations stigmatisent : «on ne se sent plus vraiment vivre dans le même monde»

"Accompagner des personnes porteuses de handicaps psychiques graves, souvent

inscrites dans une institutionnalisation, hors des murs de l’hôpital,

Retrouver, développer son potentiel de création par le biais d’un travail à partir du corps en expérimentant le champ de la danse et du théâtre,

S’inscrire dans des projets culturels dans la cité en proposant un travail de qualité dans le processus de création."

Des rencontres humaines

Imaginer une mise en scène en milieu hospitalier pour l’unité l’Escale est une aventure que je souhaite penser hors des chemins classiques des formes d’ateliers souvent proposées. Habituellement, un artiste (comédien et/ou metteur en scène) propose une pièce de théâtre à travailler et effectue une mise en scène, une mise en place, une direction d’acteur... le spectacle se joue et le projet se clôture.

 

Récemment, j’ai eu la direction d’un projet similaire à la Ferme du Vinatier (Décors et des âmes). Ce projet a eu  pour premier vecteur le mouvement d’aller «hors les murs» de l’institution et de donner la possibilité à notre groupe de rencontrer des personnes extérieures au secteur médicalisé. Tisser des liens et partager une expérience humaine est un noyau que je souhaite préserver dans cette nouvelle proposition de projet.

Avant tout, le théâtre est fait de rencontre d’individus. Ce sont ces rencontres, ces regards échangés que je souhaite mettre en valeur. Ecouter, sentir, ressentir, agir, voir... ces actions simples constituent des fondamentaux du jeu de l’acteur liés à l’interprétation. La respiration est un mouvement vital et naturel pour notre corps, nous n’avons pourtant pas conscience en permanence de ce mouvement. Le travail au plateau permet de redécouvrir les choses le plus simples et surtout de leur redonner du sens en redonnant une qualité. L’ordinaire, le quotidien pourrait on dire aussi le banal n’a pas sa place sur un plateau. C’est un combat personnel, vraiment voir ou vraiment écouter une personne qui nous parle, c’est donner de l’importance au mouvement même de la vie. C’est réussir à créer un espace qui existera entre deux protagonistes où à partir de cet environnement juste, nous pouvons tout créer.

 

Ici, je souhaite partir de l’action du corps pour aller vers un geste concret et dirigé qui aura pour conséquence une parole. Opérer une progression du non-verbal au verbal en suivant le mécanisme « action / réaction ». Travailler seul, partir d’un monologue purement gestuel (une situation) pour aller, plus tard, vers un son, vers un mot, vers une phrase... Puis rencontrer un partenaire, rentrer en dialogue avec lui sur le même principe (une gestuelle, un son, un mot, une phrase).

 

Je souhaite que ce mécanisme de travail ou plutôt cette proposition d’interactions entre les acteurs du projet soit motivée directement par un spectacle que nous irons voir ensemble.

Créer un lien artistique avec  un théâtre de l’agglomération lyonnaise me semble évident de par mon expérience passée. Je souhaite, en fonction du calendrier de notre projet, choisir un spectacle et que notre équipe y assiste en amont de nos séances. Que notre équipe rencontre l’équipe artistique de la pièce vue et qu’un premier échange, une première rencontre se joue. Les thématiques de la pièce, certaines scènes même, constitueront la base de notre travail. Nous nous en emparerons et nous nous permettrons de construire d’autres formes théâtrales à partir de ce terreau. Qu’est ce qui pour chacun a fait résonnance lors du spectacle ? J’envisage de demander à ce théâtre de nous accueillir lors de nos dernières séances pour jouer sur une scène adaptée et présenter notre construction à un public.

 

Faire cohésion et sens entre le théâtre et la danse autour de ce projet commun qui permettra grâce à ces deux médiums des chemins d’explorations artistiques en favorisant l’acquisition d’outils et d’apports personnels différents.

 

Favoriser des partenariats pouvant enrichir la structure grâce à une présence artistique sur site... Je pense bien entendu à l’ENSATT, qui comme pour le projet que j’avais mené pour la Ferme du Vinatier nous avait soutenu. De plus, ces deux structures, depuis, entretiennent des relations constructives. L’ENSATT propose de se déplacer à la Ferme du Vinatier avec un spectacle donné à titre gracieux en prenant en charge  les coûts liés à leur venu.

Distribution

Mise en scène Mathieu Lebot Morin

Travail chorégraphique, percussions Serge Bissadissi

Lumières Jean Michel Gardiès

Production Compagnie Mathieu Lebot Morin

Avec le soutien du CH et de la mairie de Saint-Cyr-au-Mont-d'Or, du ministère de la Culture et de la Communication - DRAC Rhônes Alpes, de l’Agence Régionale de Santé Rhônes-Alpes et de la région Rhônes-Alpes, dans le cadre du programme régional Culture et Santé et du Théâtre Nouvelle Génération, Centre Dramatique Nationale de vaise, Lyon.

Save the date 

JANVIER, 2017

Vendredi 27 à 18h00

au Théâtre Nouvelle Génération, Lyon Vaise

Return Summary