NOUVEAUX MONDES

FEVRIER, 2017

Samedi 04

de 17h30 à 22h00

entrée toutes les 20 minutes

à MADE iN, Sainte Marie Lyon 05

Initialement prévu pour la Fête des lumières de Lyon et suite aux attentats de 2016, le site de MADE iN n'a pas pu être inclus dans le périmètre de sécurité. Cependant, la mairie de Lyon nous a donné l'opportunité de présenter ce projet en dehors des dates du festival. 

Mathieu Lebot Morin réunit au sein de ce projet 3 formations de MADE iN Sainte Marie et deux départements de l'ENSATT autour d'une adaptation du "Radeau des morts" de Harald Muller avec le soutien technique du Théâtre Nouvelle Génération, de l'Espace Albert Camus et de la Mairie de Lyon.

« La puisance déchaînée de l’atome a tout changé, sauf nos modes de penser, et nous glissons ainsi vers une catastrophe sans précédent. Détourner cette menace est devenu le problème le plus

urgent de notre temps » - Albert Einstein

Histoire d'un projet pour 100 étudiants

Tisser des liens, faire se rencontrer des étudiants et créer des passerelles

Enseignant à MADE iN et à l'ENSATT, j'ai eu la volonté de réunir les étudiants de ces deux écoles au sein d'un projet collaboratif où chaque formation a apporté son domaine d'expertise.

Un événement présenté en jauge réduite dans trois espaces distincts sur le site des  Carmes où toutes les 20 minutes de nouveaux spectateurs pouvaient rentrés et arpenter la déambulation.

Les étudiants du Bachelor Management & Innovation, avec l'aide précieuse de leur responsable de formation Florence Dittmar, ont eu pour mission tout au long du processus d'être aux commandes de l'organisation générale de cet événement sur tous les plans logistiques. La totalité des étudiants de la formation ont été réquisitionné par équipe à différents postes : Communication, relation publique, production, billetterie et équipe d'accueil, gestion d'un bar pour les visiteurs, sécurité du site, assistanat à la mise en scène... Et, bien entendu, réquisitionné aussi pour être acteur du projet puisque 4 distributions de comédiens ont été mise en place pour assurer une bonne rotation de l'événement lors de l'exploitation. Au côté de Pierre Alain Vernette (concepteur sonore engagé pour l'événement) nous avons pu travailler à l'enregistrement des voix et à l'habillage sonore des différents espaces.

Les étudiants des départements Lumière & Costume de l'ENSATT, ont contribué directement au projet dans leur domaine respectif. Nous avons pu organiser différents rendez-vous sur le site des Carmes et les étudiants de MADE iN se sont déplacés également chez nous J'ai pu de mon côté travaillé avec eux sur un plan artistique connecté au fragment de la pièce choisie au côté d'Amélie Verjat (conceptrice lumière engagée pour l'événement) qui a apporté son regard professionnel aux étudiants.

Les étudiants du Bachelor Communication et Création Numérique, ont fonctionné de manière autonome lors de leurs études à l'université UQAT au Québec où ils ont pu réaliser une projection architecturale - Vidéo Mapping intégrée pendant l'événement.

Les étudiants MANAA en Art & Design, ont contribué à la conception et la construction des éléments scénographiques des différents espaces avec le soutien de leurs enseignants et l'expertise de Aude Vandehoutte (scénographe engagée pour l'événement.) qui a de son côté également effectuer un travail remarquable sur la circulation et la gestion des espaces.

Un message d'espoir, une mise en garde sur notre société moderne

Le projet NOUVEAUX MONDES offre aux étudiants un espace potentiel dont ils peuvent se saisir pour l’investir. Explorer et Expérimenter constituent un parcours expérientiel permettant un enracinement du développement de l’esprit critique. Exposer et Présenter le fruit de ses recherches sont assujettis à la générosité et à l’humilité. Toute l’équipe encadrante, artistique et pédagogique, a souhaité oeuvrer dans ce sens et ainsi accompagner les étudiants dans un processus de création collectif. 

J'ai voulu permettre aux étudiants d’extrapoler un imaginaire sur la base d’un réel actuel d’une possible évolution, orientation et/ou constitution d’une société. L'objectif étant de favoriser leur capacité d’esprit critique (analyse qu’ils feront de notre cité, du jugement rendu sur celle-ci et enfin de leur capacité d’extrapolation symbolique et sociétal).

Prendre comme support la pièce Le radeau des morts (1986 - Harald Mueller) a répondu aux enjeux fixés puisque le texte nous donne à réfléchir sur un futur possible. La pièce a d’ailleurs été écrite suite à un incident, celui de Tchernobyl. Celle-ci a connu trente-quatre créations en langue allemande durant la seule saison 1986-1987. L’événement récent de Fukushima montre la difficulté qu’à l’homme de tirer les conséquences de ses erreurs. Responsabiliser les jeunes générations est notre mission. 

La thématique de ce texte fait pour moi parti de l’actualité et des sujets qui demandent toute notre attention puisque dialogue et situation interrogent la valeur accordée à la Vie et à l’Humanité.

 

A la lueur du radeau, un message d’espoir

L’efficacité de la situation théâtrale ne se limite pas aux éléments de choc trop lisibles et par là vite menacés d’usure, qui tiennent à la convention de départ : le décor futuriste de la société sans avenir, ou encore le désert post-historique de l’âge industriel avancé. C’est un texte ouvrant sur d’autres possibles. Le rêve d’une société clean recommencée à neuf, tel qu’il est nourri par les quatre personnages de la pièce (Checker, Itaï, Coucou et Beauty), les quatre pollués, victimes directes des mécanismes d’exclusion à l’oeuvre dans la société dite normale. C’est un texte préventif, une mise en garde qui nous propose sans doute ou du moins nous l’espérons, une des plus terribles issues possibles.

 

La pièce dont l’issue est fatale peut paraitre féroce et cruelle. Les rapports se tissant entre les personnages sont, au début de la narration, purement utilitaires, régis par la pulsion de survie et la nécessité de se regrouper. Peu à peu, la communauté formée fera apparaitre des liens d’amitiés révélant une tendresse génératrice d’espoir dans un monde qui pourtant avait perdu ses fondements.

 

Pour l’auteur, sa pièce a bien entendu une issue positive, tant il  est vrai qu’à la fin, explique-t-il, après tant d’agressions réitérées, “on se touche et on en meurt”. Une issue qui ne donne nullement  pour une solution, au demeurant, et qui prend l’aspect d’un paradoxe lyrique.  “Au fur et à mesure qu’ils perdent la peur du contact”, rappelle une didascalie esquissant l’évolution des voyageurs du radeau, “les individus reviennent à la horde primitive, découvrent leur humanité, forment une communauté solidaire”.

 

Dans ce concert de dissonances, le langage fait figure d’enjeu : c’est lui, à vrai dire, le signifiant ou encore l’avertisseur. De sa perte ou de son salut dépendent les révolutions que le Radeau des morts appelle, et que le philosophe Walter Benjamin décrivait comme suit, d’une formule qui devrait aujourd’hui faire fortune : “Marx présente les révolutions comme la locomotive de l’histoire mondiale. Mais peut être en va-t-il tout à fait autrement. Peut-être les révolutions ne sont-elles que le geste de l’humanité voyageant dans ce train pour tirer le signal d’alarme”.

Un voyage proposé aux spectateurs

ACCUEIL

L’équipe a tout spécialement, pour cet événement tout public, imaginé un espace d’attente convivial dans la cour faisant face à l’entrée de l’édifice.

Ainsi, un service de petite restauration (encas, boissons chaudes et froides) est proposé aux voyageurs dans un espace extérieur aménagé de chaises et de tables. La façade est mise en valeur par des lumières créees par les étudiants de l’ENSATT et de manière régulière l’ambiance lumineuse bascule vers une proposition dramatique reliée au futur chemin que les spectateurs vont découvrir

Pour patienter, le public a l’opportunité de regarder une vidéo conçue par Mathieu Lebot Morin et Pierre Alain Vernette, projetée sur la façade et rendant compte du processus créatif opéré par toutes les équipes pour mener à bien ce projet.

ENTREE DES SPECTATEURS

L’événement est bien entendu gratuit mais le spectateur passe dès l’entrée par la billetterie qui gère le flux de spectateurs et qui est à disposition pour répondre à toutes les questions.

PREMIER ESPACE

Une grande cour tout en longueur disposant de trois plateaux de jeu où les étudiants BMI, comédiens, interprètent un extrait du Radeau des morts de H. Mueller. Un espace baigné de lumières et de sons avec la participation des étudiants de l’ENSATT en lumière et des concepteurs costume qui ont pour l’occasion réalisé costumes et maquillage des 4 distributions qui s’alternent.

TRANSITION

Nous sommes invités à entrer dans un nouvel espace cette fois-ci intérieur, habituellement lieu de la cafétéria, celui-ci est travaillé dans une atmosphère étrange où l'on nous propose de curieux gobelets phosphorescents. Ce liquide est-il comestible ? C’est un espace que l’on traverse pour accéder au cloître.

DEUXIEME ESPACE

Vaste espace dans l’obscurité où les étudiants BCCN ont réalisé un vidéo mapping lors de leur année d’ études à l’UQAT au Québec. Le spectateur est invité à découvrir de multiples mondes au travers d’un personnage-voyageur et d’une bande sonore réalisée également par leurs soins.

TROISIEME ESPACE

Nous découvrons l’arrière de l’édifice de MADE iN avec ses jardins. Ici, une installation massive est plantée. Ce sont les étudiants MANAA qui proposent conjointement avec les étudiants en Lumière de l’ENSATT une suite, sans comédiens, au Radeau des morts. Accompagné d’une bande son prenant en charge la narration de la fin de la pièce, le spectateur assiste aux étapes accomplies par les personnages rencontrés précédemment.

SORTIE DU SITE

Le spectateur est invité à emprunter le chemin pour sortir du site et découvrira au bout du trajet une roulotte de vin chaud et la direction pour regagner Saint-Paul.

Distribution

Direction artistique, conception et coordination Mathieu Lebot Morin

 

Compagnie Mathieu Lebot Morin 

Mise en scène Mathieu Lebot Morin

Scénographie Aude Vandehoutte

Lumières Amélie Verjat, Cécile Robin

Son Pierre Alain Vernette

avec les étudiants des département Lumière & Costume de l'ENSATT - les étudiants des formations BMI, BCCN et MANAA de MADE iN, Sainte Marie Lyon

Production Mairie de Lyon, Compagnie Mathieu Lebot Morin, ENSATT, MADE iN Sainte-Marie, UQUAT, et la Fondation des Maristes de Puyalta.

Soutien technique Théâtre Nouvelle Génération (Vaise), Espace Albert Camus et Résotech. 

Save the date 

FEVRIER, 2017

Samedi 04

de 17h30 à 22h00

entrée toutes les 20 minutes

à MADE iN, Sainte Marie Lyon 05

Return Summary